El korabi prise de poids usa

Those desiring to read more about early-time wrestling in the literature of those times, may consult the 15 th century Wallerstein codex with its many illustrations of holds, or the illustrated paper of Master Paul Kal of the year in the State Library at Munich.

The German Emperor Maximilian I himself, who lived from till and is considered the last Knight, exercised his body in a rigid discipline and said his prayers to his Lord from a book of which the great German painter of gothic art, Albrecht Drer, illuminated the margins by wood-cuts of knightly life, including wrestling scenes. In Scandinavian myths, wrestling and running were considered the touch-stones of godly powers: While Thor wrestles with Elli, age, Thialfi, his swift companion, tries to outrun Hugi, thought.

Perhaps our Swedish friends will tell us something about that in their contribution. However, let us take leave of myth and saga and the exercise of knightly virtues deeply hidden in the womb of time and start telling about ourselves But let us still look back upon those days when on the Hasenheide heath of hares in Berlin, Friedrich Ludwig Jahn excerised athletic wrestling the Berlin gymnast Schumann also was the rideaux salon moderne 2016 German Olympic victor at Athens in - in which the adversaries had to try and throw each other off their feet.

Kindred sports nowadays are the "Schwingen" in the German speaking part of Switzerland and the "Rangeln" in the Bavarian Highlands. In the epoch of industrialisation now drawing near, during which the cultivated soil in the Rhenish and Westphalian lands receded more and more before the gargantuan extension of factories and people delved coal from the rock in the bowels of the earth, wrestling florished still more.

The athletic figures in front of the furnaces, in the rolling mills and in the mines sought to exercise their strength in their leisure time and from the single combat on the green lawns gradually came to sportive regulations.

This development also occurred in the northern part of Germany where men with callous hands and muscular arms worked in the shipyards, and in the South of Germany, in the courts of the breweries, in the smithies and in the valleys of the mountains. The old names of associations from Reichenhall via Cologne and Dortmund to Hamburg Wandsbecker Verein of are still there to prove this.

An organizational chaos of local associations was the result of the rapid growth that marked the new heyday. Until on the occasion of an. After the enumeration of many feats of strength, Mister Dupuis himself announces: "Any person who wishes to measure his strength in wrestling with me please to leave his address at my apartment in the Soller brewery in the valley beforehand will receive the price of guilders offered in case he defeats me.

Those persons who wish to wrestle with me in private are also invited to leave their addresses at the same roadhouse. In this survey, however, we shall not enter recent history without first having pointed to the traces of our sport in the past ages of German history. It would be wonderful reading in itself and a grateful task to lay this down in a special work. German wrestling is found in the earliest literature and plastic arts. After the clash of the Roman legions with the Cimbri and pvt maigrir homme Teutons, the Roman historian Cornelius Tacitus referred in his trilogy "Germania" in the first century after Christ to the bodily strength of the Germanic tribes and to their intensive training in "sportive wrestling contests".

We know from the German sagas what role wrestling played in court life. The dramatic representation of wrestling between the Icelandic Queen Brunhild.

Olympic Games in Amsterdam. German athletics advanced to a brilliant first position, counting associations with a total membership of , numbers never to be reached again. Joachim Heyl and later of Kurt Frey, who remained an upright and blameless sportsman in times of evil temptations and had friends the world over.

His name was Rudolf Bredemeyer and at present, the old and young athletes of Cologne still visit his grave where they lay a wreath on the anniversary of his death. Rudolf Bredemeyer became the first president of the Deutscher Athleten-Verband. The latter published its first professional paper in and at the first union entertainment organized by the Klner Athleten-Klub, which was founded inthe number of affiliated associations was well over 50 with a total membership of almost 1, In this year the territory of the Deutscher Athleten-Verband was subdivided in districts, forming the base of a system of organization which is still in use and in our days is shaped after the state-structure and draws its members from the steds of the Federal Republic.

Four other union entertainments followed CoblenzCologneDuisburg again in and Karlsruhe in before upright wrestling was abandoned at Stuttgart in in favour of the Greco-Roman style, which was divided into weight classes light weight under lbs.

Besides the Deutscher Athleten-Verband founded inthere still existed rivalling regional associations. The Deutscher Athleten-Verband of and the Deutsche Athleten-Union of unanimously endeavoured to create strict wrestling regulations, but acted like strangers, who where on unfriendly terms with each other. That incited the brightest heads in both organizations to declare war on the discord and to work a merger between the two hostile brothers, also embracing the Saxe and Hessian associations, which still stood apart, and the Freier Bund Deutscher Athleten-Verbnde Berlin.

That happened in the last weekend of January in Berlin and resulted in a merger under the name of Reichsverband fr Athletik, which under preservation of the independence of the affiliated associations, chose Eugen Kissling from Stuttgart as its first president and still in the same year sent the first delegation of German wrestlers, 15 in number, to the Olympic Games Stockholm.

During the historic August days ofwhen the first German National Congress convened at Weimar in the National Theatre, the Athletic Congress to which all former associations sent their delegations, assembled at Munich three days before this memorable date 8th July Now the hour had struck for all concerned to come to the understanding that only one single German federation could exist. Only the Arbeiter-Athleten-Bund still kept aloof. A brilliant union entertainment, which the Mnchner Sportvereinigung organized excellently, was joyfully celebrated with over active participants, who had increased to more than thousand at the next entertainment at Erfurt inin spite of the terrible times of inflation, during which people hardly knew where the next meal was to come from.

Out of the hands of Jakob Dirscherl, Ernst August Kampmann, Kassel, received the presidency and he rapidly rose to high levels in the international world of sports, becoming vice-president of the international federations, and member of the German Olympic Committee of which he remained the president until One year later inwrestling at the entertainment of Mannheim was already done under the still valid regulations of seven weight classes.

At the Coming to the end of our observations, we shall now go into the recent history of the German federation. It falls in dark times. The German sportsmen found themselves in a painful isolation.

Many federations had expelled us, several even refused to grant Germany a renewed membership, or with cold regrets referred to future times.

We were lonely and forlorn. Nobody spoke to us. The moral mortgage of the luckless war pressed everything to earth. It was a painful start. And he was not alone in his sound optimism. For the present, this young DAB stood on its own feet. But all around it were all the friends, who had made a good deal of German athletic history already.

They kept together, firm and determined. The old athletes, who had friends everywhere in the wide world outside, and the young ones, who had now taken the helm and of whom nobody however ill-disposed could say that they had also contributed to the big affliction.

That was in the summer days ofwhen Josef Hergl sent the first letters abroad. The state federations in the Federal Republic were founded and went to work. The goal now was to tie the ruptured international bands all over again. From the Rosental Valley of Roses in Munich - since a few years only, the DAB has its own home in the representative House of Sports near the propylaea at the Royal Place where the sportive federations had picked and shoveled provisionat quarters out of the ruins, the first steps towards the realisation of thagoal were taken.

The contact was made with the International Amateur Wrestling Federation of that time. The first reports to the IAWF were mailed. Their contents related that the friends in Germany were on the job again. Nothing would be left undone to bring relations back to normal again, including those with the IAWF. Yes, that was what the first steps looked like.

The Mark in Germany had regained stability. Our commercial credit was good again internationally. But in the field of sports, progress was only hesitant and slow.

Many bad feelings had to be taken away, especially in those countries that had been directly affected by the war. A connection between the open rejection of these internal reserves and the unshakable good will of the young German athletes to gain readmittance to the big international circle of friends with a clean conscience was undiscernible and in fact not present everywhere.

These bad feelings had to be reckoned with, indeed. Tactfully and patiently, without scraping the acquaintance, of course, preparations had to be made for a first international talk. And then came the day when inJosef Hergl, stood on the apron of Munich-Riem airport - perhaps with mixed internal feelings, but outwardly with a confident smile - and boarded the DC 4 of SAS to fly to the IAWF Congress at Stockholm, with the German request for readmittance in French and English in his briefcase. The request was turned down still.

It was in this way that the first steps on the international parquet were made. With fresh courage, our young athletes went abroad again to the big international tests and inwe deeply enjoyed the great honour of having to organize the first world title contest on German territory at the request of IAWF in the Schwarzwaldhalle at Karlsruhe.

The path had been difficult. But the hands of many friends across our borders gave us their support. Firmly and confidently. We cannot list their names here, but they may rest assured that whenever their paths from the wide outside world lead 4hem to Germany, we shall know from the bottom of our hearts how to thank them for their friendship. Cornwall and Devon Style is still practiced in the southwest of England on a limited scale. The rules are very simple. Each contestant wears a jacket similar to a judo jacket.

Every fall shall be decided by three judges, who shall stand on three sides of the wrestlers, andfrom whose decision there shall be no appeal. A referee shall control tL bout. The wrestlers shall shake hands and commence by taking hold of the jacket of his opponent in any manner they can, barring the cross-collar hold or both collars in one hand.

A fall is scored ifa wrestler be thrown so that his two shoulders and one hip, two hips and one shoulder, or both shoulders and both hips simultaneously touch the ground. If either or both wrestlers come to the ground and no fall be counted they must rise and commence again.

If one wrestler be thrown and the required points do not touch the ground, it is termed a "hitch" and must be wrestled again. If the jacket of a wrestler comes off the bout shall start afresh. TL wrestlers shall compete in their stockinged f eet, and kicking shall not be allowed, but striking with the side of the foot shall not be deemed kicking.

The referee shall disqualify any wrestler using unfair means after having been once cautioned. The British Amateur Wrestling Association hold a Championship in this style for three weights every year. Every fall shall be decided by two judges and a referee who shall be appealed to if the judges disagree. TL decision of the referee shall be final, and L shall be empowered to decide any point not provided for in twse rules.

On taking hold, tL wrestlers stand up chest to chest, each placing his chin on his opponents right shoulder and taking hold of him round tL body, each placing his left arm above the right of his opponent. That five minutes be allowed wherein to take hold, and in the event of tL hold not being obtained, the referee shall compel the. When both men have got hold and are fairly on their guard, the referee shall call HOLD and wrestling commences, and, with the exception of kicking, the wrestlers are allowed to use every legitimate means to throw each other.

To strike with the side of the foot shall not be deemed kicking. If either wrestler break his hold, that is, loose his grip, though not on the ground, and the otfar still retain his hold he shall not be allowed to recover himself, but shall be deemed the loser.

If either wrestler touch the ground with one knee only, or any other part of his body, though he may still retain his hold he shall not be allowed to recover himself, but shall be deemed the loser. If both fall to the ground, the wrestler who is first down or falls under the other shall be the loser.

But if they fall side by side, or otherwise so that the judges cannot decide who was first on the ground, it shall be termed a "DOG FALL" and shall be wrestled over again.

T h e Association have three Counties Associations affiliated to it. Each Counties Association are responsible for the organisation of County Championships menu pour petit regime their area, and the Counties Championships each year. The aim of the Association is the furtherance of Amateur Wrestling as a recreational sport. Bacon won the Middleweight event and G. O'Kelly won the Heavyweight event in Raymond Cazaux was placed fifth in the Bantamweight event inKen Richmond was placed third in the Heavyweight event.

Cumberland and Westmorland style wrestling La lutte dans le style "Cumberland et Westmorland". Mitchell of Australia at Melbourne in Outstanding wrestlers of the present day are Herbert Hall six times Featherweight Champion to and Lightweight Champion and Hall resides in Oldham Lancashire. Ken Richmond of London has held the British Heavyweight title nine times.

Outstanding wrestlers of the past who are still assisting the Association in its work. How Trustee of the Association Bantamweight Champion All have represented Great Britain at Olympic Games.

Two people who are no longer with us who have rendered valuable service to the cause of Amateur Wrestling I refer to the late Percy Longhurst and George Mackenzie. Percy Longhurst was Secretary of the. George Mackenzie held ten Championships in the Feather and Lightweight class in his younger days and was responsible for the reorganising of wrestling in the South of England after the war.

H e was a Presidential Member of the I. H e was also a member of the Technical Commission of the I. Both these gentlemen will long be remembered for the work they did in the cause of wrestling. Dour les premires traces de la lutte en Angleterre il faut remonter au moyenge. Dans ce temps-l la lutte tait pratique seulement sur les pelouses des places de village, pendant les ftes et les foires.

Dsles styles de lutte taient les suivants: style "Cornwall and Devon", style "Cumberland and Westmorland", style "Lancashire" ou "Catch as Catch" style. De ce dernier le style libre de nos jours s'est dvelopp.

Le style "Cornwall and Devon" est toujours pratiqu, petite chelle, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Les rgles en sont trs simples. Chaque lutteur porte une veste qui ressemble celle du judo. Si un des lutteurs tombe terre d'un seul genou ou tout autre partie de son corps, tout en tenant sa prise, il ne lui sera pas permis de se rtablir et sera le perdant.

Si tous Us deux tombent, le lutteur qui touche terre le premier ou tombe audessous de l'autre sera le perdant. Chaque chute sera juge par trois juges qui entourent de trois cts les lutteurs. Il n'y apas d'appel contre leur dcision. Un arbitre surveillera le combat. Les lutteurs se serrent la main l'un l'autre et commencent par empoigner la veste de kur adversaire n'importe comment, la prise "cross collar" ou des deux collets dans une main tant exclue. Une chute compte si un lutteur est jet de telle faon que les deux paules et une hanche, ou Us deux hanches et une paule, ou les deux paules et les deux hanches touchent simultanment terre.

Si les deux lutteurs tombent sans qu'on compte la chute, ils doivent se lever et recommencer. Si un lutteur est jet sans que les parties du corps mentionnes cidessus touchent terre, cela s'appelle un "hitch" et il faut recommencer. Si un lutteur s'appuie intentionnellement d'un genou afin d'viter d'tre jet, il est averti une fois et disqualifi la seconde fois.

Si la veste d'un lutteur se dtache, le combat est recommenc. Les lutteurs ne porteront pas de chaussures, mms Us coups de pied ne seront pas admis l'exception des coups donns avec Us cts des pieds. Tout lutteur se servant de moyens malhonntes sera disqualifi par l'arbitre aprs avoir t averti une f oh. Chaque anne les championnats de ce style en trois catgories de poids sont organiss par l'Association Britannique de Lutte Amateur.

Chaque chute sera juge par deux juges. Si les juges ne sont pas d'accord, on fera appel l'arbitre. Le jugement de l'arbitre sera dcisif et il aura le pouvoir de dcider tout point non prvu dans les rgles. Avant de s'empoigner les lutteurs sont debout poitrine poitrine, chacun plaant le menton sur l'paule droite de son adversaire et en l'empoignant autour de son corps, le bras gauche au-dessus du bras droit de son adversaire.

Cinq minutes seront admises pour la prise faute de quoi l'arbitre forcera les combattants s'empoigner au-dessus de leur dos: le lutteur refusant de faire ainsi sera disqualifi.

Ds que les lutteurs se sont empoigns et se sont mis en garde, l'arbitre annoncera "prise" et la lutte commencera. A l'exception des coups de pied, les lutteurs sont libres de se servir de tous les moyens lgitimes dans le but de jeter l'un l'autre. Les coups donns avec les cts des pieds ne seront pas considrs comme des coups de pied. Si un lutteur interrompt sa prise, c'est--dire perd sa prise sans qu'il se trouve terre et l'autre lutteur a toujours tenu sa prue, il ne lui sera pas permis de se rtablir, et il sera le perdant.

Chaque Association Rgionale est responsable de l'organisation de ses propres championnats rgionaux et de l'organisation des championnats des Rgions. L'Association Britannique de Lutte Amateur organise annuellement les championnats britanniques libres dans le style libre et dans le style "Cumberland and Westmorland" ainsi que des combats internationaux.

Le but de l'Association est l'avancement de la lutte amateur comme un sport rcratif. Bacon en poids moyen et de M G. Kelly en poids lourd. Mitchell, de l'Australie, tait class quatrime Melbourne. D'excellents lutteurs de nos jours sont M Henry Hall, six fois champion en poids plume de a et champion en poids lger en et M Henry Hall demeure Oldham, Lancashire. M Ken Richmond de Londres a t champion en poids lourd neuf fois et est le champion actuel. De brilliants lutteurs du pass mais toujours aidant l'Association dans son travail sont : Victor Benson, Prsident de l'Association, qui a gagn onze Championnats Britanniques style libre, Raymond Cazaux six fois champion en poids coq et trois fois champion en poids plume; Don Irvine cinq fois champion en poids welter et champion en poids moyen en ; Tom Baldwin huit fois champion en poids moyen ; W.

Whatham, Prsident de l'Association, champion en en poids coq et H. How, membre de l'Association, champion en poids coq en Tous ont reprsent la Grande Bretagne aux Jeux Olympiques. Deux lutteurs qui ne sont plus parmi nous et qui ont rendu des services importants la cause de la lutte amateur sont Percy Longhurst et George Mackenzie.

Percy Longhurst tait secrtaire de l'Association pendant de longues annes et il tait aussi secrtaire de la Fdration Internationale de Lutte Amateur dans les premires annes de cette Fdration et Vice-Prsident de l'Association Britannique de Lutte Amateur jusqu' sa mort il y a quelque temps. George Mackenzie a gagn dix championnats en poids plume et en poids lger dans sa jeunesse et il tait responsable de la rorganisation de la lutte dans le sud de l'Angleterre aprs la premire guerre mondiale.

Il tait membre prsidentiel de la F. Il tait aussi membre de la Commission technique de la F. La mmoire de ces deux hommes vivra longtemps en reconnaissance du travail qu'ils ont fait pour la cause de la lutte. From such an incongruous beginning has emerged a nation of ability, wealthy in its natural resources, and with a diversity of talent that leads the world.

The vastness of the continent, 3, square miles, and its comparatively small population 10, has in no way impeded the developing of national sporting and cultural associations. Nor has it hindered the successful holding of Inter-state Competitions; no second thought is given to travelling several thousand miles to participate in a programme or meet which may only last 2 or 3 hours.

Jet aeroplane travel. The service is efficient and reliable and relatively cheap in comparison to other forms of available transport. The need for modes of transport, other than the Penal Settlement's bullock and dray, to bring wrestling competitors together in fair and open competition, was never the case from the beginning of the history of wrestling in Australia as from the first recorded recreational pursuits in the Colony was organised wrestling between the convicts and soldiers.

However much we might want to believe that such bouts were according to an established rule, the bitterness and hate between convicts and soldiers provides us sufficient reason to conclude that such bouts were little short of being free-for-all grudge matches. The result of such bouts were never in doubt for the unfortunate convict however valiant his efforts, may have been "on the mat", as further punishment usually rewarded his efforts.

With the coming to Australia of free-men in Gold-rush days wrestling emerged as a spectacle rather than a sport. From the "diggings" came the entire workforce eager to be entertained, though perhaps more interested in their wager on the result than whether or not the holds of the Graeco-Roman should be preferred to the Cornish style. O n the mine fields, especially, wrestling matches as did all other competitions - provided nothing more nor less than the opportunity to gamble.

An "off night" on the diggings no wrestlings no "sporting competition" saw borne out of boredom the ignominious game of "Swy" or " T w o - u p " played with two pennies and flipped off a "kipper".

However strongly out-lawed by Authorities, most wrestling competitions attracted a "Swy school" in the back lane as an "added attraction". A much clearer picture of Amateur wrestling as an organised sport and devoid of all colourful trimmings of Convict and Gold-rush days, is seen in the mid-i8oos. Migrant Scots, centred in Melbourne, organised a programme of sporting events during which included wrestling matches "after the Cumberland and Westmore fashion".

The styles observed during the period to varied to a great extent and it was not unusual to have five different forms of wrestling, in sections, on the one programme. The most popular being Graeco-Roman and Catch-as-catch-can. Foremost in the move to organise the Australian athletes were the efforts of Mr. Parkinson in forming an Australian Athletic Association in Wrestling was included in the Association soon after that year and during the year most States conducted their first Championships.

The chosen style being Freestyle with two weight divisions; bouts were refereed over a ten minute period or until a two out of three fall decision was reached. No Judges were used during Competitions and the Referee's duty was often to call an extra five minutes before making his decision. By four weight divisions: - Featherweight, Light, Middle and Heavy catered for an increasing number of wrestling enthusiasts, who, in competed in the first Australian Wrestling Championships in Queensland.

It was soon after this that Australia's first International Wrestling representative came to compete in the InterEmpire Sports which were held in London as part of the programme of "Festival of Empire" during the year of the. Coronation of King George V. Gaining third place in the Regime juridico unico df vestcon Weight Freestyle division, Mr.

Smythe proved a capable competitor and worthy ambassador for Australia. With the completion of hostilities, sport was quickly back on an organised basis with athletes competing in bi-annual Australian Wrestling Championships. The goal of an amateur sportsman anywhere in the world is to compete in the modern Olympic Games. Since when Australia was represented in the Feather-weight Freestyle division of the wrestling by Claude Angelo at the Olympic Games held in Paris, she has been represented in this sport at every modern Olympiad.

Sinceduring which time the first British Empire and Commonwealth Games were held, Australia has competed at every Empiad and won 12 gold medals for wrestling, the Empire Games being held every four years between each Olympiad. The years were busy years for Australian sportsmen, for during Sydney, the capital City of New South Wales, was chosen as the venue for the Empire Games; - the year of the Pan-Pacific Games in J a p a na not-too-distant neighbour.

Since wrestling has consolidated its position in this country and in formed its own Australian governing body named the Australian Amateur Wrestling Union, which is composed of five State bodies, Victoria, New South Wales, South Australia, Queensland and Western Australia. These Games were widely acclaimed by competing nations as highly successful and were a great help to the sport in Australia.

Although this is a young country in age and wrestling tradition, it has produced some outstanding wrestlers. The foremost of these would be Dick Garrard, 25 years Australia Champion, 20 years British Empire Champion and the only Australian wrestler to compete in an Olympic final, and winner of a silver medal in London The progress of wrestling in Australia is being assisted by the rising population and the influx of European migrants, many of whom were wrestlers in their own country.

Invitations have been sent to 36 countries to participate in this event and it should be another milestone in the progress of wrestling in Australia. Visitors will find it hard to imagine the tremendous strides Sport has taken since our more colourful days as a Convict settlement.

The order of a modern Games meet is a far cry from our early experience of sport on the "diggings" but we are thankful for those who had the vision of our worth as a nation of "good sports" and kept trying. Van Diemen. Malgr ce dbut si peu prometteur, une nation capable s'est dveloppe, riche par ses ressources naturelles et par la diversit des talents de certains habitants souvent au premier plan dans le monde.

L'immensit de ce continent, 7. Ils n'hsitent pas effectuer des voyages de plusieurs milliers de kilomtres pour participer une runion ou une rencontre qui ne dure parfois que 2 ou 3 heures. Les voyages en avion raction, possible grce au rseau arien des "Commonwealth Domestic Air-Lines", ne constituent pas une nouveaut pour la plupart des Australiens.

Leurs services sont efficaces, srs et relativement bon march par rapport aux autres moyens de transport disponibles. Le besoin de moyens de transport autres que 'la charrette boeufs' de la Colonie Pnitentiaire pour runir des lutteurs pour des rencontres livres et loyales, ne s'est jamais fait sentir depuis le dbut de l'histoire de la Lutte en Austrafie.

En effet, les premires rencontres dans la Colonie dont l'histoire fait mention furent organises entre les forats et les soldats. Bien que nous aimerions penser que ces assauts de lutte avaient Heu conformment des rgles tablies, la rancune et la haine entre forats et soldats nous fournissent des raisons suffisantes pour conclure que de tels combats n'taient pas entirement dpourvus d'animosi t entre lutteurs.

L'issue de ces combats ne donnait jamais lieu aucun doute. En effet, le malheureux forat tait habituellement rcompens de ses vaillants efforts "sur le tapis" par un autre chtiment. Avec l'arrive d'hommes libres en Australie lors de la Rue vers l'Or, la lutte prit l'allure d'un spectacle plutt que d'un Sport. Tous les travailleurs des "placers" dsiraient se divertir.

Ils taient probablement plus intresss par leurs paris sur l'issue du combat que de toute considration sportive sur les prises de lutte Grco-romaine ou du style de Cornouailles. Dans les exploitations minires plus particulirement, les assauts de lutte - de mme que tous les autres matches - n'avaient pratiquement pour but que de fournir une bonne occasion de parier.

Une "nuit libre" dans les placers - nuit sans combats - sans "rencontre sportive" conduisait par suite de l'ennui aux jeux ignominieux du "Swy" et du "Two-up" auxquels on jouait avec deux pices d'un penny. Bien qu'absolument interdite par les Autorits, une "Ecole de Swy", installe proximit, allait souvent de pair avec les assauts de lutte comme "distraction supplmentaire". Un tableau beaucoup plus clair de la lutte en tant que Sport libre de tout ce pittoresque apparat vers les annes Des emigrants cossais, installs Melbourne, organisrent pour l'anne un programme de runions sportives qui comportait des assauts de lutte " la manire du Cumberland et de Westmore".

Les sortes de Lutte varirent grandement de et il n'tait pas exceptionnel d'avoir cinq types diffrents d'assauts de lutte au cours d'un mme programme. La lutte Grco-romaine et le Catch taient les plus populaires.

La lutte fut inscrite peu aprs au nombre des activits de l'Association et enles premiers Championnats eurent lieu dans la plupart des Etats. La Lutte Libre avec deux catgories de poids fut choisie: les assauts duraient dix minutes ou jusqu' ce que l'arbitre est rendu deux dcisions sur trois de chute au tapis.

On n'avait pas recours des juges pendant le combat et les fonctions de l'Arbitre consistaient souvent aussi demander cinq minutes supplmentaires avant de dsigner le vainqueur. Enquatre catgories de poids - Poids Plume, Poids Lger, Poids Lourd et Poids Moyen - taient offertes au nombre grandissant des fervents de la Lutte qui s'affrontrent en lors des premiers Championnats Australiens de Lutte dans le Queens-land.

Peu aprs cela, le premier reprsentant de l'Australie sur le plan International participait aux rencontres sportives "Inter-Empire Sports" qui eurent lieu Londres au programme du "Festival de l'Empire" l'anne du couronnement du Roi George V. Smythe s'y montra un lutteur trs capable et un ambassadeur valable de l'Australie en remportant la troisime place en Lutte Libre dans la catgorie Poids Moyen.

La Premire Guerre Mondiale de devait provoquer un recul de tous les types de sports organiss en Australie. A la fin des hostilits, les sports furent rapidement organiss nouveau et les athltes s'affrontrent lors des Championnats Biennaux Australiens de Lutte. Tous les sportifs du Monde entier souhaitent vivement participer aux Jeux Olympiques.

Depuisanne des premiers Jeux de l'Empire et du Commonwealth, l'Australie a particip chaque rencontre et a gagn 12 mdailles d'or pour le sport de la lutte. Les "Jeux de l'Empire" se droulent tous les quatre ans.

Les annes furent dbordantes d'activit pour les Sportifs Australiens car enSydney, Capitale de la Nouvelle-Galles du Sud, fut choisie comme lieu de runion pour les "Jeux de l'Empire"; - anne des "Jeux Pan-Pacifiques au Japon" voisin un peu trop proche.

Le sport de la lutte a consolid sa position depuis et enune association australienne pour les lutteurs fut fonde, "Australian Amateur Wrestling Union". Cette association compte au total environ 2. Les Jeux furent reconnus comme particulirement russis par la plupart des pays participants et ils favorisrent considrablement le dveloppement des sports en Australie.

Bien qu'il s'agisse d'un pays jeune et que le sport de la lutte y soit par consquent relativement jeune, l'Australie a produit d'minents lutteurs. Le premier de la liste serait Dick Garrard, 25 ans Champion Australien, 20 ans Champion de l'Empire Britannique, seul lutteur australien participer une finale Olympique et gagnant d'une mdaille d'argent Londres en Le dveloppement du sport de la lutte en Australie est facilit par l'augmentation de la population et l'arrive d'migrants europens dont certains taient des lutteurs dans leurs propres pays.

Des invitations pour participer cette rencontre sportive ont t adresses 36 pays. Ces jeux marqueront probablement une nouvelle tape dans le dveloppement de la Lutte en Australie. Les visiteurs se rendront difficilement compte de l'immense dveloppement des Sports depuis l'poque pittoresque de la Colonie Pnitentiaire.

L'organisation des Rencontres Sportives actuelles est trs loin du Sport des "placers" mais nous sommes reconnaissants envers ceux qui ont su prsentir les possibilits de notre Nation de "sportifs" et qui poursuivirent leurs efforts. Fort de cette conformité de croyances, le docteur anglais prétendait être admis à la communion par les orthodoxes. En encourageant ces vieux-catholiques, parfois près de verser en pleine Réforme, les Russes ne leur ont point ménagé les leçons.

De la controverse, cette double tendance a passé dans les catéchismes et les traités de théologie, parfois même dans les questions de rite et de discipline, les uns se montrant plus strictement conservateurs, les autres moins éloignés des réformes ou des innovations. Impuissante à supprimer entièrement les deux tendances qui se la disputent, elle a, durant la seconde moitié du dix-neuvième siècle, cherché à les maintenir en équilibre.

Il en est de même des laïcs, dans les classes éclairées du moins. Beaucoup, et parfois les plus pieux, ne sont, à leur insu, que des protestants ritualistes. Sous cette compétition de classes se retrouvent, il est vrai, les deux tendances contraires, le haut clergé, par sa situation et son genre de vie, étant naturellement plus conservateur ou plus aristocratique, le clergé inférieur plus novateur ou plus égalitaire.

Il est vrai que, dans cette nation de serfs, bien peu encore savaient lire. Galitzine, ministre des cultes, en fut le président. Son puissant patron, le mobile Alexandre I erla prit lui-même en suspicion. Un des premiers actes de Nicolas fut de la dissoudre [75] Tout comme chez les catholiques, le livre des Psaumes est le seul qui fasse exception.

Les Psaumes ont, de tout temps, été fort populaires en Russie. En outre, elle est autorisée à distribuer les exemplaires que lui envoient les opulentes sociétés bibliques de Londres et des Etats-Unis. La Société russe emploie pour sa propagande des procédés exercice pour maigrir en 3 jours. Ses membres se servent aussi volontiers des chemins de fer. Strictement attaché aux formes ecclésiastiques des quatrième et cinquième siècles, le culte orthodoxe est essentiellement ritualiste.

Le Russe a, en quelque sorte, renchéri sur le formalisme byzantin. Ainsi de la prière elle-même. Pendant les offices il passe son temps à se signer de grands signes de croix, levant à la fois la tête et la main droite, puis se courbant en deux entre chaque signe de croix, et se redressant aussitôt pour recommencer sans fin.

Dans une église russe, un étranger a peine à ne pas être étourdi par le balancement de la foule qui oscille autour de lui.

Beaucoup semblent embarrassés de leur personne lorsque, durant les longs offices, la fatigue les contraint à suspendre leurs signes planning dietetique semaine croix et leurs prosternements.

On ne lit point ou on lit peu dans les églises russes. Cela le choque dans les églises latines. Une belle prestance, de beaux traits, de beaux cheveux longs, une belle voix, sont des qualités fort appréciées chez le clergé. Rien, chez les Orientaux, des conventions ou des fictions qui, chez les Latins, ont souvent simplifié les offices.

Les offices sont toujours publics, destinés au peuple chrétien. A la liturgie il faut, pour lui, la solennité des cérémonies publiques. Dans ses offices et ses prières, comme dans ses pratiques, elle demeure fermée à toutes les innovations. Cet antique rite gréco-slave impose par les dehors, alors même que le sens symbolique en échappe. Le jaspe de Sibérie y encadre la malachite et le lapis-lazuli. Au mariage religieux, vulgairement appelé couronnement ventchaniéles deux fiancés, que le peuple dans ses chants décore pour un jour du titre de prince et princesse, voient porter sur leur tête une couronne.

Au baiser des fiançailles correspond, lors des funérailles, le suprême et troublant adieu du dernier baiser. De toutes les cérémonies ou les fêtes russes, il y aurait de quoi tirer un Génie du Christianismenon moins poétique et non moins pittoresque que celui de Chateaubriand [81].

La liturgie de cette nuit de Pâques peut fournir un exemple du symbolisme historique habituel au rite gréco-russe. Elle semble avoir toujours gardé pour lui quelque chose des répugnances des iconoclastes. Y a-t-il eu un style russe? Cette distinction repose assurément sur un fondement rationnel.

Y a-t-il jamais eu des peuples assez simples pour adorer des idoles comme des dieux vivants? Le moujik le plus ignorant ne saurait prendre une peinture de la Vierge pour la personne de la Vierge. En dehors des images en renom, le Russe, de même que le Grec, semble honorer également toutes les icônes offertes à sa piété. Il ne manque pas de patriotes qui lui attribuent la victoire de Poltava.

La prise de Kazan, sous Ivan le Terrible, la mit en réputation, et depuis lors elle a été invoquée dans toutes les crises nationales. Le boyard Pojarski et le boucher Mînine vinrent, enla chercher à Kazan pour les aider à chasser les Polonais de Wladislas, alors maîtres de Moscou.

Un siècle plus tard, elle était transportée de la vieille capitale dans la nouvelle par Pierre le Grand, désireux de consacrer, aux yeux de ses sujets, la ville de la Neva. Il en est qui, aux heures de péril national, ont prêté à la patrie leurs diamants et leurs émeraudes. Ce goût, naturel aux pauvres, est si général que là où font défaut les pierres fines, on y supplée avec le verre et les fausses perles.

Rien du reste, dans tout cela, du premier art chrétien, si frais, si jeune, si antique dans sa grâce classique. Ce caractère emblématique est visible dans les grandes fresques murales comme dans les petits reliefs de cuivre. La Trinité est figurée par Abraham devant les trois anges. Les scènes des deux Testaments se font parfois pendant, par types et antitypes, comme jadis dans nos vieilles églises. La vie du Christ ou de la Vierge est représentée par mystères, conformément à un ordre et â des règles invariables.

Parmi ces artistes qui peignaient comme ils priaient, répétant les mêmes figures aussi bien que les mêmes oraisons, il en est auxquels la finesse de leur pinceau et le fini de leur exécution ont valu, à travers les âges, un renom durable. Tel, entre autres, André Roublef, dont les tableaux étaient déjà donnés en modèles au seizième siècle.

Peintes ou sculptées, les images restèrent soumises à une sorte de censure ecclésiastique. Le concile du Stoglaf ou des Cent Chapitres, tenu versenjoint aux évêques de veiller sur les peintures et sur les peintres, de leur prescrire les sujets et la manière de les disposer. La peinture des icônes était encore considérée comme une sorte de ministère sacré.

Pour lui, autant eût valu altérer le texte de la liturgie. Les Grecs avaient déjà introduit avec eux les images portatives. Les diptyques ou triptyques de métal ou de bois sculpté rivalisent de finesse avec les peintures. Ainsi, par exemple, des crucifix de cuivre où toute la vie du Sauveur se déroule autour du Christ en croix.

Aussi le peuple appelle-t-il ces rides du front jvc meubles images des églises. On rencontre de ces iconostases peints sur des tissus.

Xyzall 5 mg prise de poids zoely

A la persistance de cet art archaïque il y a ainsi, pour les Russes, plusieurs raisons. Tous les efforts pour la renouveler ne font que montrer la difficulté de sortir du style byzantin sans tomber dans le style profane.

Comme le moujik, on serait tenté de leur préférer les grossières images de Souzdal [87]. Il en a été de la musique autrement que de la peinture. Le chant religieux a ainsi été de tout temps en honneur. Toutes les classes y sont fort sensibles. En certains villages on a remarqué que le paysan délaissait les offices lorsque le chant y était négligé. Elles atteignent tour à tour à une suavité vraiment angélique et à une grandeur terrifiante, faisant résonner tous les registres du sentiment religieux.

Tels notamment la chapelle de la cour et, à Moscou, les chantres de Tchoudof. En aucune Église, les jeûnes ne sont aussi fréquents et aussi rigoureux. Les Grecs, toujours heureux de se distinguer des Latins, trouvent malséant que, pour se mortifier, les Latins aient préféré le samedi au mercredi.

Aussi le Russe est il en grande partie un peuple ichtyophage. Le hareng et la morue tiennent une large place dans la nourriture du peuple. Les longs jeûnes et les rudes jeûneurs lui inspirent une pieuse vénération. Les hautes classes se sont, depuis longtemps, affranchies de ces durs carêmes. Pour elle, Tabstinence reste, avant tout, une mortification et une préparation aux fêtes.

On y a moins de scrupules à se fier à sa propre conscience. Chez le peuple, la lettre règne en souveraine. Dans les pays écartés, il se scandalise encore de le voir violer. Presque tous résistent à ceux qui tentent de les en faire dévier. Pour y faire renoncer le peuple, il faudrait y faire renoncer l'Église.

La discipline, les rites, les observances sont, chez elle, presque aussi immuables que le dogme. Grâce à la domination incontestée du siège romain, le catholicisme a, en pareille matière, plus de liberté et plus de souplesse.

A force de se garder de tout changement, elle a pour ainsi dire perdu la faculté du mouvement. Le code pénal contient à cet égard un article encore en vigueur. Pendant le grand carême, comme aux veilles de fêtes, les théâtres sont fermés. Le théâtre bouffe devenait le rendez-vous de la société élégante. Cette question de la clôture des théâtres en carême a bien des fois passionné les salons et la presse. Autrefois la fête de tous les grands-ducs était jour férié. Pour la santé publique, ces chômages répétés ne valent guère mieux que les longs carêmes.

Trop fréquentes, elles entravent le travail et le travailleur, elles appauvrissent les particuliers et les nations. Dans les pays protestants, le cultivateur a près de jours pour travailler.

En Russie, il ne leur en reste guère que Au temps de la fenaison ou de la moisson, on voit ainsi parfois le foin pourrir sur place ou le grain germer, pendant que faneurs ou moissonneurs sont à faire la fête. Il est vrai que ces innombrables fêtes, le Russe ne les chôme pas toujours avec scrupule. En revanche, le peuple répugne à travailler pour un maître les jours fériés. Elle laisse, la Russie orthodoxe, les astres se mouvoir et la terre tourner, sans daigner tenir compte du cours du soleil.

En dépit de ses observatoires, elle vit dans un anachronisme. En datant de douze jours plus tard que le soleil, elle parait arriérée de plusieurs siècles. Que diraient les hommes portant le nom des saints sacrifiés par la réforme? Le moujik aurait peine à comprendre que tel ou tel bienheureux, et, à plus forte raison, que le Christ ou la Vierge, pût, même pour une année, être dépouillé du jour qui lui appartient.

Sa toute-puissance a une borne, la foi, disons plus, le préjugé populaire. Conunent la radiation de douze jours du calendrier ne serait-elle pas une grosse affaire dans un pays où le culte des saints est resté aussi primitif perdre du poids draconien aussi naïf?

Ce sont, pour la plupart, des récits venus des Grecs ou des Bulgares, et enrichis à sa manière par le génie russe. Moscou, Novgorod-la-Grande, Pskof, toutes les anciennes villes, tous les anciens monastères ont leurs saints et leurs vénérables [97].

Encore moins trouverait-on rien de comparable à une sainte Catherine de Sienne ou à une sainte Thérèse. Un article du code, dirigé il est vrai contre les sectaires, prohibe les faux miracles et les fausses prophéties. Elle se dit toujours en possession du don des miracles, aussi bien que du don de la sainteté, y voyant un signe que Dieu est toujours avec elle.

Elle a, en plein dix-neuvième siècle, admis un ou deux saints. Rien de comparable aux longs et coûteux procès de canonisation des congrégations romaines. Cette manière de constater la sainteté emporte, en effet, le culte du corps des saints, autrement dit le culte des reliques, et par somatoline cellulite italia les pèlerinages.

Si nombreux que soient les corps saints recueillis dans les églises, il se trouve toujours des pèlerins pour baiser la pierre qui les recouvre.

Comme pour les hadjis musulmans, avoir visité les Lieux Saints est un titre de considération dans les villages. Ces pèlerins, hommes et femmes, sont pour la plupart âgés. Tout comme nos pèlerins latins au moyen âge, les pèlerins russes ont, depuis longtemps, des itinéraires pour leur indiquer les principales étapes de la route, avec les sanctuaires à visiter et les reliques à vénérer. A Odessa, à Constantinople, à Jérusalem, on leur a préparé des refuges ou des hospices.

Je les ai vus, pareils à nos pèlerins des Croisades, se prosterner et baiser la poudre de la route au premier aspect des murailles de la ville de David. Ces milliers de pèlerins portent avec eux en Syrie la réputation de la piété et de la puissance de la Russie.

Le gouvernement impérial a bâti pour ses nationaux, aux portes de Jérusalem, un immense couvent pareil à une ville. Les mêmes sacrements ne valent pas au clergé le même ascendant. La défiance des Orientaux contre toute innovation religieuse ne leur saurait inspirer autant de tolérance pour les rites des Latins que ceux-ci en montrent pour les leurs.

La liturgie latine ne peut, dans sa forme actuelle, toujours inspirer le même respect aux orthodoxes. Comme la primitive Église, Constantinople et Moscou baptisent encore par immersion, trois fois répétée []. Les réformateurs du seizième siècle furent unanimes à le revendiquer. Comme pour encourager les Russes à conserver dans son intégrité le rite eucharistique primitif, le plus vénérable de leurs monuments religieux, Sainte-Sophie de Kief, montre, dans ses grandes mosaïques du onzième siècle, le Christ présentant à ses disciples le calice en même temps que le pain [].

Si le sacrement est administré par un simple prêtre, la consécration du saint chrême appartient aux évêques. Jadis, des prêtres dont on était mécontent, on faisait des soldats. Avec même origine et mêmes fonctions, le clergé a ainsi dans les deux Églises une position et une influence bien diverses. Les fidèles et le clergé communient également sous les deux espèces. Pourvus de famille et privés de tout chef étranger, les popes ne peuvent former entre eux un corps aussi étroitement associé et aussi distinct de tous les autres.

Au veuf ou à la veuve assez charnels pour recourir à un nouveau mariage, elle impose même une légère pénitence. Le code mondain a singulièrement altéré et faussé la loi canonique.

On cite, dans le monde des marchands, de riches veuves qui ont ainsi acheté à des femmes sans fortune un mari de leur goût. Le théâtre russe a mis sur la scène des transactions de ce genre. La question de savoir si le mariage doit être interdit à perpétuité aux époux coupables a été fort discutée.

Le jour où ce sera devenu la règle, les demandes de divorce se multiplieront. Si les procès de ce genre en deviennent un peu moins scandaleux, il est douteux que le lien conjugal en soit fortifié [].

Elle semble se restreindre davantage aux fautes graves, parfois même se contenter de déclarations générales, sans désignation de péchés particuliers.

El korabi prise de poids usa

Les Russes ne mettent point entre les mains des fidèles de ces examens minutieux qui, jadis surtout, se rencontraient dans tous les pays catholiques. Quelques personnes prétendent même se blesser de questions trop directes. A côté de lui est un pupitre avec une croix et un évangile, sur lequel le pénitent pose deux doigts de la main, comme pour jurer de dire la vérité.

En certains jours du carême, on voit, dans les paroisses des villes, se dérouler de longues files de fidèles de tout sexe et de toute classe, parfois des milliers de personnes, faisant queue les unes derrière les autres, toutes debout et tenant chacune à la main un petit cierge. A Moscou, cela ne suffit pas aux gens du peuple. La plupart de ces confessions, accumulées à époques fixes, sont naturellement rapides, sommaires, parfois tout extérieures.

Il y a des âmes scrupuleuses ou repentantes, il y a des prêtres zélés qui ne se contentent pas de ces confessions presque uniquement cérémonielles et ont besoin de demander, ou de donner, des conseils ou des consolations. Cela toutefois est rare. Encore cela se peut-il comprendre en campagne. Chez eux, le prêtre, en habits sacerdotaux, reste seul, face à face avec le pénitent.

Tel est, du moins, ce que je tiens de certains vieux-croyants. Rome même le reconnaît en admettant le mariage du clergé chez les Grecs-unis, les Arméniens, les Maronites. En Russie, la loi punit la violation du secret sacramentel. En voici une. Une jeune fille devenue secrètement mère avait étouffé son enfant. Les dons dépendent de la condition ou de la générosité, de la vanité ou du repentir.

Pour obtenir quelques aveux du confesseur de son fils Alexis, Regime liquide rapide le Grand fut obligé de le mettre à la torture.

Pour beaucoup, les actes les plus mystérieux du christianisme deviennent ainsi une pure formalité. Cette dernière catégorie, qui comprend les adhérents des sectes non reconnues, devrait en réalité, dans les campagnes au moins, embrasser la presque totalité des Russes qui se refusent au devoir pascal. En dehors des sectaires retenus par la conscience, peu de paysans se laissent volontairement classer parmi les négligents.

La communion fréquente, que saint Philippe de Néri et saint François de Sales, que Fénelon et les jésuites ont fait prévaloir dans la dévotion catholique, est étrangère à la piété orientale. Ils partagent, sur ce point, les botox rides yeux jaunes de nos anciens jansénistes. Il reproche aux catholiques de manquer de respect à la table eucharistique en en laissant approcher, sans préparation suffisante, des âmes mondaines indignes de renouveler un pareil commerce.

Il ajoute que les confessions trop répétées font dégénérer le sacrement de pénitence en simple conversation édifiante. Une autre raison enlève à la communion quelque chose de la grandeur de son impression sur les âmes. On y met à la fois plus de solennité et plus de simplicité que chez nous. La chose faite, les amis et le monde vous complimentent, comme pour une fête ou un événement de famille.

Ce sont là deux faits corrélatifs, inhérents à la forme nationale des Églises orthodoxes. Cela seul explique bien des anomalies apparentes. Comment délimiter ce qui est à Dieu et ce qui est à César, sous un régime où César est en droit de tout exiger? Ils ont raison. On conçoit mal un pape face à face avec un autocrate. Elle ne pouvait, comme Rome, se parer du prestige de la succession apostolique et se retrancher dans le principat de saint Pierre.

Les conséquences du régime autocratique dans le gouvernement ecclésiastique ne se sont manifestées que peu à peu. Cette Église, dont toute la vie nous semble un sommeil de neuf siècles, a eu une existence active, vivante, souvent tragique.

La lente diffusion du christianisme dans les immenses plaines du Nord, parmi des peuplades de tant de races diverses, prête à ces annales un charme égal à celui des récits de la prédication chrétienne dans les forêts de la Gaule ou de la Germanie.

Comme les kniazes de Moscou, les métropolites étaient confirmés par les khans mongols. La politique des oppresseurs se joignait à la piété des princes nationaux pour assurer les prérogatives de la hiérarchie ecclésiastique. Les métropolites peuvent être comptés au nombre des fondateurs de la Moscovie. Jaloux de posséder une hiérarchie indépendante du Moscovite leur voisin, les princes lithuaniens érigeaient dans leurs États, tour à tour à Vilna et à Kief, une métropole rivale de Moscou.

Il lui avait, à un demi-siècle de distance, préparé des auxiliaires dans son Académie de Kief []. A travers ses fureurs bizarres, Ivan le Terrible avait abaissé le clergé aussi bien que les boyars. Le métropolite Philippe avait payé de son siège, et peut-être de sa vie, ses remontrances à Ivan.

Enau lendemain de la mort du prince qui avait le plus violenté le clergé, sous le fils du Terrible, la Russie demanda un patriarche. Le patriarcat fut établi à la même époque et sous la même influence que le servage. Les Russes entrevoyaient-ils la possibilité de succéder aux Grecs dans leur ancienne suprématie religieuse et politique? Moscou était la troisième Rome. La place laissée vacante par le pape était occupée par le pontife russe. Moins faibles ou moins besogneux, les hiérarques orientaux ne se fussent pas aussi facilement prêtés aux désirs du tsar Féodor et du grand-boyar Godounof.

Le patriarche Jérémie, venu en Russie pour chercher des aumônes, consentit à toutes les demandes russes. Un Russe, Job, fut sacré patriarche []. Durant la première période, il aida à sauver la Russie de la dissolution intérieure ou de la domination étrangère.

Les actes publics portent le nom du patriarche à côté de celui du tsar. Le fait est que Nikone reste une figure sans analogue en Orient. On retrouve chez lui toute la théorie scolastique des deux pouvoirs. Par là même, il est clair que le sacerdoce est une chose bien plus grande que la royauté. Nikone paya son audace de son siège patriarcal. Il laissa ses boyars, les ennemis de Nikone, le traduire devant un concile, qui finit par le condamner et le déposer.

Les paysans qui viennent, en pèlerins, à la Nouvelle Jérusalem vénérer le fac-similé du Saint-Sépulcre et du Calvaire, dessiné par Nikone, ne baisent point la dalle qui recouvre ses os. La constitution ecclésiastique de la Russie le condamnait presque autant que la constitution politique. Le patriarcat était affaibli, il parut encore entouré de trop de prestige au rénovateur de la Russie.

Pierre savait les encouragements donnés dans le clergé aux projets réactionnaires de son fils. La réforme ecclésiastique se fit sous une inspiration occidentale, en partie sous une inspiration protestante. Le grand tort du patriarcat était sa force. Dans sa jalousie de toute apparence de pouvoir rival, Pierre, en substituant au patriarche un conseil de prélats, a soin de ravaler la dignité épiscopale. Au nouveau synode on pouvait découvrir des précédents.

Ce mode de gouvernement, rien ne défendait de le rendre permanent. Ses fondateurs eurent soin de le représenter comme un concile permanent []. Sa conduite, dans toute cette affaire, contraste avec ses procédés habituels. Il a recours à des lenteurs, à des fictions, à des déguisements étrangers à son caractère. Avant de supprimer le patriarcat, il habitue la Russie à se passer de patriarche.

Entre le patriarcat et le futur synode il cherche une transition. Au patriarche il substitue dans la personne de Stéphane Iavorski un exarque. Le règlement organique qui détermine les fonctions du nouveau pouvoir, le tsar le fait sanctionner par les évêques et les hégoumènes. Que lui pouvaient répondre ces hiérarques aux mains besogneuses, toujours tendues vers le nord? Quelques Russes de tendances slavophiles, Ivan Aksakof notamment []ont eu beau en rêver le rétablissement, jamais autocrate ne redressera le trône du patriarche Nikone.

Au point de vue religieux, en effet, il est difficile de contester que Pierre obéit, sciemment ou non, à des influences protestantes. Élève de protestants étrangers, son orthodoxie avait pris une teinte calviniste [].

La composition de son Saint-Synode, où de simples prêtres figurent à côté des évêques, révèle une tendance presbytérienne. Il y a une autre cause de cette transformation. Naturellement, le gouvernement ecclésiastique tendra de plus en plus à se mettre en harmonie avec le gouvernement civil et les habitudes des sociétés modernes. A part toutes les autres, il y a cette différence, que le catholicisme grec comporte, dans sa constitution, des réformes incompatibles avec le catholicisme romain.

Les peuples orthodoxes, auxquels le dix-neuvième siècle a rendu une existence indépendante, ont adopté la même institution.

La Grèce démocratique, la Roumanie libérale ont, comme la Russie, mis à la tête de leur Église un synode. La forme synodale peut être regardée comme la forme définitive du gouvernement des Églises de rit grec.

De nos jours même, la comparaison entre le Saint-Synode de Pétersbourg et le patriarche de Constantinople est peu propre à faire regretter au clergé russe cette dernière dignité.

Connaissez-vous celui du Phanar? Quand nous aurions un patriarche, quelles seraient les garanties de son indépendance? Y a-t-il là de quoi faire envie à notre Église? Dans des conditions également favorables, la comparaison entre un patriarche et un synode pourrait tourner au profit du dernier. Le Saint-Synode de Russie est en rapport avec le gouvernement et la société russes.

Il nous faut ici toucher un point délicat. Que de querelles suscitées en Occident par la question des investitures! Ce sujet se rencontrait aussi dans nos églises du moyen âge, et il y était figuré à peu près de la même façon. Tout autres sont les prétentions avouées par le gouvernement et les théories enseignées dans ses écoles. De même dans la plupart des pays protestants. La Russie autocratique y eût mis plus de formes. Loin de se regarder comme un pape ou un patriarche, le tsar russe ne revendique aucun rang dans la hiérarchie.

Il faut toutefois faire ici une distinction essentielle. Sa dignité est hors de pair sous le ciel. Quant au peuple, le tsar sacré au Kremlin est à ses yeux comme le namestnikle lieutenant de Dieu [].

Cela est douteux. Les régimes les plus libres, au point de vue politique, ne sont pas toujours les plus libéraux en matière religieuse. La Grèce et la Roumanie en sont la preuve parmi les pays orthodoxes.

Tout autre est la situation des communautés orthodoxes. Leur dépendance est, à certains égards, réciproque. Il lui faut prendre garde de froisser la conscience du peuple. Là même où elle enseigne le despotisme, la religion reste, pour le despote, un frein ou une limite. Pénétrons dans emotivo minceur efficace palais du Saint-Synode qui, sur la place de Pierre-le-Grand, fait le pendant du palais du Sénat.

Il y a les membres effectifs et les membres assistants, les membres inamovibles et les membres temporaires. Ce fonctionnaire, qui, devant les dignitaires ecclésiastiques, personnifie le pouvoir civil, est toujours un laïque.

Sa fonction est de veiller à ce que toutes les affaires ecclésiastiques soient traitées conformément aux oukases impériaux. Cette importante fonction, Pierre le Grand, désireux de faire maigrir avec zinc le clergé comme une armée, conseillait de la confier à un militaire, homme hardi et décidé. Les affaires qui dépendent du Saint-Synode sont divisées en plusieurs branches, dont les unes, comme la justice et la censure, sont plus particulièrement dans les attributions du synode, les autres, comme les écoles et les finances, dans celles du procureur.

Pour plus de rapidité, on va souvent, dit-on, chercher les signatures à domicile. Dé là des anecdotes ou des mots plus ou moins édifiants. Il faut beaucoup rabattre de ces récits où partout se complaît la malignité publique.

L’Empire des tsars et les Russes/Texte entier/Tome 3

Il en a été de même des laïcs les plus religieux, de Khomiakof et de Samarine à Vladimir Solovief. Les diocèses, les éparchiescomme disent les orthodoxes, sont en général délimités sur les gouvernements civils. Ils sont, en moyenne, quinze ou vingt fois plus vastes que les nôtres. Ces titres, donnés comme une sorte de grade dans la hiérarchie du tchinedeviennent ainsi une distinction personnelle. Parfois le souverain accorde aux prélats la jouissance des honneurs autrefois réservés au patriarche.

Toutes ces ressources constituent des revenus assez élevés, sans être excessifs. Les évêques, les principaux surtout, ont dans la société un haut rang dont, en général, leur mérite les rend dignes. On en pourrait dire presque autant de Pétersbourg. Ils sont astreints à la résidence, conformément aux canons, à moins que la confiance du souverain ne les appelle à siéger au synode. Ils ne quittent guère leur ville épiscopale que pour de pénibles visites pastorales dans leurs immenses diocèses.

Ce sont eux qui jugent en première instance les causes encore déférées à la justice ecclésiastique. Les attributions de ses tribunaux, déjà réduites par Pierre le Grand, devaient être encore diminuées. Cette délicate réforme a été ajournée. Près de chaque consistoire est placé un secrétaire laïque dont les fonctions, dans le conseil diocésain, rappellent celles du haut procureur près du Saint-Synode.

Prise de poids moyenne 6 mois de grossesse

Ce secrétaire est à la tête de la chancellerie éparchiale, chargée de la rédaction et de la correspondance. Nommé par le Synode sur la présentation du haut procureur, il reste sous la juridiction immédiate de ce dernier. Dans toute cette vaste administration, le haut procureur et ses principaux assistants sont à peu près les seuls qui, par la naissance, ne tiennent pas au clergé.

La littérature russe a parfois mis en scène de ces bureaucrates ecclésiastiques, adonnés à cette lucrative spécialité []. Dans chaque diocèse, comme dans le Synode, on a conservé près des autorités ecclésiastiques un fonctionnaire laïque, organisation qui, par certains côtés, rappelle notre système judiciaire, avec sa double et parallèle hiérarchie de juges et de procureurs.

De là une énorme correspondance et toute une paperasserie encombrante. Il y a pour cela deux raisons. Cette désignation ne répond point à la différence des costumes.

Entre ces deux clergés, la distinction fondamentale est le mariage. Le clergé noir est voué au célibat, le clergé blanc, celui qui forme proprement la caste, est marié.

Chez quelques peuples orthodoxes on pourrait un jour voir un changement inverse. Le mariage pour le pope est aussi obligatoire que le célibat pour le moine. Chez les deux clergés, la diversité des intérêts a produit la diversité des tendances. Du terrain matériel des intérêts et du pouvoir, la rivalité a parfois passé dans le domaine spirituel, dans la sphère religieuse proprement dite. Nous commencerons par le premier, par le plus élevé, le clergé noir.

Chez eux, Marthe a toujours été sacrifiée à Marie.

Protéines et isoflavones de soja

Avec de telles tendances, une seule règle monastique suffisait, comme, en Occident, a longtemps suffi le seul ordre de Saint-Benott. Peu de nos abbayes se pourraient, à cet égard, comparer à Petchersk de Kief, où écrivaient Nestor et les premiers annalistes [].

Les couvents y ont un caractère plus national que partout ailleurs. En Russie, comme partout, les moines ont choisi les plus beaux sites. A Petchersk [] de Kief, le site est plus grandiose, les souvenirs plus légendaires. Dans ces galeries sépulcrales, aussi étroites que les voies des catacombes romaines, se presse au matin la foule des pèlerins.

De la niche dont ils font leur tombeau, après en avoir fait leur demeure, les saints ascètes, murés dans la paroi, tendent une main desséchée aux baisers des fidèles. Ces sanctuaires rehaussent aux yeux du peuple les contrées ou les villes qui les possèdent.

La décadence graduelle du monachisme est déjà indiquée par la répartition géographique des monastères. A cet égard, une carte de la Russie monastique serait instructive. On y verrait marquées les différentes étapes de la colonisation slavo-russe.

Dans les régions de colonisation récente, dans la terre noire ou les steppes du sud, les couvents sont rares. Chaque évéché possède au moins un monastère dont le supérieur est membre de droit du consistoire diocésain. La laure des catacombes de Kief contient six cents moines ou novices. Dans la même province, un couvent de femmes, dit de Florovo, renferme près de cinq cents religieuses.

Le gouvernement de Pétersbourg, tout en les soutenant dans leurs démêlés avec les caloyers grecs, ne daigne pas leur reconnaître le titre de moines, car les lois interdisent de prendre le voile sans autorisation.

Il se défie de ces libres colons de la vieille république monacale. Leur sourde opposition à la réforme de Pierre le Grand fut une autre cause de leur décadence. Toutes les restrictions qui se peuvent apporter à la vie monastique, sans abolir les monastères, Pierre et ses successeurs les imposèrent.

La loi en garde encore la trace. Ils doivent avoir des fiches sur les gens du quartier. Quand ils sortent de chez eux, ils ont trois serrures à ouvrir puis à fermer. Les occidentaux ont créé ce terrain favorable au Proche-Orient. On se souvient de Manson et de ses fidèles, des suicides collectifs sur ordre des gourous. Nous tombons dans le cercle vicieux du violent qui par la seule publicité de ses exploits rend toute victime potentielle violente.

Les manifestations visibles de la peur ont toujours inspiré ceux qui la provoquent et attiré des vocations. Son abondance fit que la gestapo ne la prit pas toujours au sérieux, ce qui évita à plusieurs patriotes les affres des camps de concentration.

Les menaces contre certains parlementaires divulguées par la presse sont de caractère raciste. Elles procèdent de ce mal de vivre particulier qui trouve aussi un exutoire dans la dénonciation des hauts salaires.

Le principe est le même. Une pensée universelle unique fait son chemin qui crée déjà de multiples dégâts. Cette mondialisation rendra exsangue les petites gens et mettra la démocratie sur la paille. Tout le monde a conscience des disparités énormes qui existent entre les revenus toute classe confondue. Ce dont profitent les agitateurs en haine première. On se trompe sur sa nature.

Il en est ainsi partout. Le statut social est le but final de la moitié des efforts de notre vie. Il y aurait dans les six mois de retentissants dépôts de bilan. Ce sport à cent mille ans!

On pourrait croire que les civils restaient hors du coup. Esclave à Rome, ce ne devait pas être triste. Puis, on revenait sur les pas des gros cons qui partaient. Le soudard qui tue de loin se sent moins concerné. La balle dans le fusil part quasiment seule… Les civils qui ont trinqué en 14, ont été plus secoués en On a gagné quoi?

Voyez le train de Rethondes, pleine forêt de Compiègne, le trophée que ça a été les deux guerres! Il faut le dire tout net, les guerres ne sont plus possibles. Voilà bien du gâchis pour les Américains et la plus forte armée au monde! Que vont-ils faire? Cela fait peur, parce que les militaires sont faits pour la guerre. On connaissait vaguement Frère, Davignon, Vandeputte, Paul Vanden Boeynants — qui faisait le lien entre les affaires et la politique - sans plus.

Et puis il y avait la dénonciation du capitalisme comme une activité honteuse. Avec le surf sur la vague porteuse, le monde politique, en enrichissant ses cadres, a changé du tout au tout. De ce temps, datent les horaires aménagés, le travail à domicile, tout un arsenal séduisant, dangereux et trompeur. Puis vint la crise de Les grands projets économiques dans les tiroirs attendirent des jours meilleurs.

Malgré les forts taux de chômage, la doctrine socialiste radicale ne reprit pas vigueur. On poussa un ouf de soulagement. La droite avait une dette envers la gauche. En ces années de catastrophes industrielles, Bernard Tapie était le dernier rempart! Figurez-vous une population qui travaillerait sans illusion, quel esclavage ce serait!

La suite le dira, nous ne nous méfions pas assez des polytechniciens que le monde des affaires nous présente comme des flèches et des avocats que la gauche et la droite mettent aux responsabilités à notre place. Qui sera-t-il? Kokéko se fait prier. Il se dépense. Mais non. Il se met en position. Les cinq Clodettes battent du cul, rythment le départ.

Nous, on voit personne. Elles sont là rien que pour lui! Les derniers compagnons de Paul-Emile Victor? Kokéko avait perdu la faculté de réincarner! Kokéko avait eu sa Mireille Balin. Mais, ces amours-là sont précaires. De Tino à Trenet, la bigleuse avait perdu le cap.

On revient au Téléphone à Cloclo. Toute sa gaucherie tombe. Son oeil pétille. Et voilà ce con de Kokéko qui emballe facile! Ils résistent plus. Ils vont remettre ça. Mais non… ils veulent baiser, les vaches… Kokéko fait mieux que Benoît Poelvoorde. On en a la berlue. Prodige… Moi, je te le dis, mec… on ferait bien de se trouver une identité. Ma femme dit que je ressemble à Freddy Mercury. Les invités, toujours les mêmes : une Joëlle Milquet invitée aux deux émissions, suffisantes, dégoulinantes de bon sens et championne du monde de lieux communs, les autres bien dans son style, avec, côté musulman, un air de bonne foi indigné, qui fait penser à Monseigneur Daneels quand on aborde le sujet des prêtres pédophiles.

A la station Reyers une seule fausse note, une parisienne professeur émérite et drôlement calée sur la religion islamiste à qui on a fermé le clapet rapidement. En étendant le bras, il manquait encore dix bons centimètres pour me saisir de la zappette. Quand je me suis réveillé, Milquet rêvait de construire un islam européen. Pour le reste, toutes les religions me hérissent le poil.

Situation avant Monsieur Wong. Occupation de Bruxelles par la Ménapie en mars. Annexion en septembre. Génocide des Francons. Les eaux sont vaincues. Mais la Ménapie est affaiblie et un coup de force des Francons reconquiert Liège et les Fourons. Entrée des Turcs en Ménapie en décembre.

Défaite en juillet du roi de la compression du plasma vaincu par le consortium mondial des Agents de change. Début de la mondialisation Wong. Le mandarin chinois de lettrés devient obligatoire pour tous les citoyens du monde.

La ville est rayée de la carte, par la brigade volante universelle de Monsieur Wong. Passez au bureau du rez-de-chaussée pour avoir un morceau de bois béni du lit de Wong. Ces cons me demandent des comptes! Je ne veux plus voir ça traîner partout et foutre la merde. Son passé, sa légitimité, les entreprises parfois hasardeuses et pas toujours réussies dans lesquelles il a entraîné son peuple sortent du jugement commun, toute critique lucide étant impossible.

Tel a été Yasser Arafat. Quant à nous, Belges et démocrates, la mort de Yasser Arafat projette nos complexes et nos désirs à la une de nos journaux qui, à leur tour, nous renvoient nos propres rêves et illusions.

Il en a toujours été ainsi. Ou alors, ces élections se dérouleront comme à Kaboul. Le Maigrir du ventre minceur 804, le 11 septembre? Il y a en Europe, sans trop fouiller dans les consciences, des gouvernements qui partagent les vues des savants et des chercheurs, sur ce modèle américain qui nous conduit dans le mur. Or que voyons nous? Nos gouvernants sont bien aussi médiocres que nous le croyions avant le toxine botulique synapse films septembre.

Ainsi nous laisserions une chance aux autres espèces que, sans cela, nous entraînerions dans notre néant. Tout un quartier était off limits pour Ducon. Personne le savait, même pas moi. Josette cotisait pour Lefloche chez Dexia, une sorte de prime tous les quinze jours, rien que pour promener un labrador aux Coteaux de la Citadelle. Ducon, lui, avait créé son affaire à coups de batte de baseball.

Y avait un hic : je jouais pas de la trompette. Faire tout pour pas entrer dans le système était ma devise. Je la connaissais un peu Yvonne.

Une petit epeautre regime quotidien en deux morceaux, un rien vulgaire par-dessus, par-dessous, drôlement large des hanches, avec des cuisses de sumo légèrement bleutées par des problèmes veineux, mais qui se terminaient heureusement par de belles gambettes et un pied bien cambré.

Je saute sur un bus. Je descends la ruelle, le Hop, je sonne. Je la dérange. Elle le transfile dans son corsage en forme de beaupré.

Tout de suite, elle me prend pour le messager aux présages. Elle avait pas tort. Le monde renversé… les pigeons qui demandent à croquer! Le nom de Ducon la met en transe.

Elle me prend par le col, me souffle une haleine que je suis bon pour le plan de trois mois. Les vieilles approuvent, elles connaissent… complicité de bidets… Dans sa colère, je voyais les postillons qui filaient dans un rayon de soleil comme des balles traçantes un soir à Bagdad de la démocratie américaine. Le nom arrête tout. Elle réduit la voilure, se drape et saute dans son vestibule. Je me retourne.

Il profite de la notoriété. Je sprinte. Dans le fond, son numéro suffisait pour entretenir sa réputation. Dans Crainquebille, il se déchaîne contre la justice. Il est gaspilleur. Ils augmentent encore. Les économistes et les financiers se plaisent à reconnaître sa probité. Vous vous rendez pas compte?