Tca prise de poids

Page Suivante. Sujet : Forte prise de poids apres periode d'anorexie? Salut a toutes. Alorsj'ai un problème, du moins pour moi s'en ai un. Ce problème este que j'ai pris ces dernier temps en mois je crois enormement de poids : 7Kg :fou:. Bref, j'aimerais savoirsi ça arrivé souvent qu'après une periode d'anorexie et de boulimiesuivait une forte prise de poids?? Merci de vos réponses. En effet pendant cette période on ne mange plus donc le peu de calories que l'on va ingurgité va se stoquer.

Faut dire que c'était après 22 jours de jeûne, et plusieurs mois de restrictions Prendre du poids c'est bien c'est meme un pas vers la guérison, du moment que tu ne tombes pas dans la boulimie comme moi pas de quoi paniquer :jap: Prendre du poids c'est bien c'est meme un pas vers la guérison, du moment regime japonaise tu ne tombes pas dans la boulimie comme moi pas de quoi paniquer.

Moi c'était deux mois de boulimie. Moi il y a eu une periode de boulimie pendant 1 moisdonc bon je ne me califis de boulimique mais est ce que comme moicette prise de poids vous angoisse?? Pas de contenu [ Je devrait etre contente que l'on me dise ça mais sa me vexe et me fait mal.

Je ne veux pas que les gens voit chez moi la prise des poidsj'en ai trop honte Message cité 1 fois. Non la je suis a un poids normal maintenant. A propos de la pesée, oui je continus a me peserune 20aine de fois par jour, je sais c'est ridicule mais j'ai besoin de voir exactement le nombre de gramme pris et perdus.

Len63rk a écrit : Et en même temps l'anorexie t'en as fait perdre Au début la prise de poids est peut être rapide, mais ça va se calmer. Une fois que tu auras réussit à passer au dessus de la boulimie tu perdras les excès s'il y en a. Le tout est de rester confiante et de ne pas s'affoler pour des crises en culpabilisant.

Si tu es en période de guérison, essaye de positiver sur le chemin parcouru. Tu es passée par des choses difficiles et tu as réussis à y faire face jusque là. Ce n'est pas tout à fait fini, mais tu y es presque Ne te laisse pas abattre. Fur91iw a écrit : merci Lenna pour tes encouragementmais j'essaie de positivémais c'est plus fort que moiça m'obssede et la prise de poids n'arrange pas parce que je suis honteuse d'avoir pris comme saencore aujourd'hui on m'a dit que j'etais mieux depuis quelque temps grace a la prise de poids.

Fur91iw a écrit : A propos de la pesée, oui je continus a me peserune 20aine de fois par jour, je sais c'est ridicule mais j'ai besoin de voir exactement le nombre de gramme pris et perdus. J'adorerais arreter de me peser parce que honnetement sa me saoul plus qu'autre chose mais me peser m'encourage en quelque sorte, je ne sais pas pourquoi Mon estomacje pensepeut etre capable de faire un repas. Mais je suis limité en nourriture maintenantj'evite chaque repas de famille et quand je mange c'est soitun cordon bleue, le lendemain se sera un steak mais je ne veut pas depasser kcal, et je ne bois pas beaucoup car comme je me pese tres souventrien que voir g en plus me derange donc je doit que tres peuje m'arrange pour ne boire que ou ml d'eau par jour.

Non je suis suivis par personnesparce que ma mere crois que tu va bientu moins que sa va mieux vue que j'ai repris du poids Ouais, enfin, ta mère peut bien penser ce qu'elle veut.

Ce n'est pas elle qui doit être soignée, c'est toi. Prends toi en main, n'attends pas qu'on le fasse pour toi. Visiblement non, puisque tu fais des crises, tu culpabilises, tu te prives probablement, tu refais des crises. La balance, la pesée tous les jours, c'est anti-guérison. Je ne dit pas que c'est facile. Je dis que c'est possible. Et que tu peux le faire. Citation : je me dit " bon peut etre que sa saoul de sans arret se pesermais au moins sa t'aide a atteindre ton but".

Oui mais en même tempsj'ai pas envie qu'un guérison m'empêche de maigrir Je ne sais pas comment m'expliquer mais j'ai peur que si le poids n'est plus une obsession etcje ne maigrirai plus parce que je négligerai en quelque sorte mon poids. Fur91iw a écrit : Oui mais en même tempsj'ai pas envie qu'un guérison m'empêche de maigrir Cette obsession est tres loin de m'amusercrois moi. Pour moitomber dans l'anorexie n'a rien "d'ultra cool".

Et en 2 ans je les ai repris. Mes grosses periodes d'ano me font perdre beaucoup de poids en tres peu de temps et comme je mange tres peu produit pour cheveux bouclés femme dehors de ces periodes de grosses crises de jeun total, il m'aura fallu 2 ans pour retrouver mon poid initial d'avant.

Dommage pour moi, une fois ce poids de nouveau atteind, suis retombée en grosse periode de crise parce que je n'arrive pas a encaisser cette nouvelle silhouette, trop pris l'habitude de me voir tout belle et elancée dans ce corp d'une bonne femme de 32 piges. Mais j'ai l'impression que sa s'arretera jamais Sa a commencé en janvierje n'ai rien vu venirje pense qu'au début c'était un simple régime et je sais pas ce qu'il s'est passé pour que sa change Nonje ne bois pas beaucoup, j'ai peur que l'eau soit trop lourde Je sais c'est ridicule mais comme je l'ai ditc'est parce que je me pèse sans arrêt et donc je ne veut pas voir le poids monter sur la meilleur produit pour maigrir vite. Pour ce qui est de me faire aiderj'aimerais bien mais j'ai besoin de mes parents pour saje suis mineurdonc je ne peut ni aller voir un psy etc.

Et puis ma mère refuse d'entendre parler de TCA, puisque pour elle mon problèmec'est que je cherche à me faire remarquer, alors que je ne demande rien a personne a part de me laisser faire, ils se mêlent de ce qui ne leur regardent pas et ose dire après que c'est moi qui chercher à attirer l'attention sur moi Et j'ai du mal à en parler parce quedès que j'aborde le sujetj'ai envie de fondre en larme, je n'arrive pas a me retenir de pleurerc'est plus fort que moi et je ne veut pas que l'on croit que je cherche a me faire plaindre.

Il faut dire que j'étais une vraie loque humaine lorsque j'étais au plus bas de l'anorexie, alors quand j'ai commencé à me foutre de mon alimentation et que je suis tombée dans une période de pseudo-boulimie, j'ai littéralement doublé de volume. Ça m'a pris 3 ou 4 mois. J'étais encore passablement mince même avec la prise de poids, mais ça ne m'a pas plu alors j'ai rechuté. Je suppose que c'est normal car l'organisme ne sait plus comment réagir, ayant été 'entraîné' à jeuner pendant des années.

C'est normal, perte de poids centre c'est dur à accepter. Pour les psy, je ne sais pas trop comment ça marche avec les mineurs, mais je me rappelle que lorsque j'étais plus jeune, je voyais une travailleuse sociale à l'école et je n'ai jamais eu besoin de l'autorisation de papa et maman.

Là, je sais que c'est les vacances, mais tu peux essayer de contacter un centre pour jeunes ou quelque chose du genre, expliquer ta situation et peut-être que tu trouveras quelqu'un pour t'écouter?

Comme je t'ai masque pousse cheveux pharmacie, j'ai 22 ans, ça fait un bail que je ne suis plus mineure, alors je ne m'y connais pas beaucoup!

Je crois qu'au fond tu sais que parler te ferait du bien, et ce n'est pas grave de pleurer, même que c'est une bonne chose; il faut que la tristesse et la colère sortent sinon ça s'accumule et tu finis par exploser.

Merci pour tes conseil inconnue-anonyme! Et je voulais vous demander si sa vous état déjà arrivé de faire une sortie par exemple la piscinede ne plus penser à riend'être biend'avoir l'impression d'aller beaucoup et que vous aller changer quand je dit changerje veux dire négliger la nourriture.

Et puis dès que vous rentrez chez voustous recommence en ayant l'impression que c'est pire. Je me demande toujours si je suis la seule avoir cette sensation là. Wahpu Furr! Je te lis et j'ai l'impression que c'est moi! Pareil avec les parents, la guérison, le fait qu'on veuille absolument mincir pour guérir Tu as quel age? Moi aussi j'ai des passages de motivation comme ca, où je me dis que je vais essayer de redevenir normale et tout ca Le vent change vite J'ai 15 ans.

Quand tu dis que le vent change viteça c'est sûrl'état d'esprit peut changer comme ça d'un coup Ah okay. Moi j'ai 17 ans. C'est normal oui et je crois que beaucoup d'entre nous peuvent se retrouver complétement dans tous les sentiments que tu décris. Je crois que ça vient à force de faire des choses pour soi, de se laisser vivre, d'écouter ses désirs, d'investir des projets.

Mais pour faire tout cela il faut être en bonne santé sinon c'est dépression assurée, repli sur soi, peur de sortir, etc Es-tu suivie? J'étais végétalienne quand j'étais anorexique, et aujourd'hui je suis végétarienne, je ne mange pas de poisson et pas de viande. C'est la dernière "trace". Mais je ne me restreins pas du tout, je mange 3 repas par jour, plus le goûter presque tous les jours.

Je ne pèse plus les aliments, ne compte plus les calories je ne les regarde même plus sur les paquets quand je fais les coursesje n'ai plus de TOC alimentaires je coupais tout en tout petit bout, je mangeais toujours dans le même bol -minuscule- mes repas duraient des heures. Vraiment, du côté alimentaire et rituels, on ne peut pas voir que j'ai été malade. Après, dans la tête, c'est une autre histoire. Je passe des heures à regarder les quelques photos que j'ai de moi de cette période.

Je crois que le problème vient du fait que j'ai eu des écarts de poids très importants : je pesais 65 kilos quand j'ai commencé à perdre du poids, et je suis descendue à 48 kilos en quelques mois seulement, et je suis restée à ce poids voire un peu moins pendant presque deux ans. Et puis j'ai reperdu encore du poids et j'étais à 42 kilos quand j'ai dû être hospitalisée.

Je mesure 1. Je pensais h24 à la nourriture et c'était un enfer. Je ne pouvais plus rien faire à part rester allongée sur la fin. Mais je me rappelle aussi que pendant deux ans j'ai supporté mes 48 kilos. Je veux dire, enfin mon corps me plaisait!

Ok, il y a eu des épisodes boulimiques et ça ça fout au quatrième dessous. Mais d'un point de vue physique, à part le froid, c'était viable! Je faisais de la marche tous les jours, j'étais en forme. J'ai envie de retrouver ce corps. Ou au moins de m'en rapprocher je sais qu'à 48 kilos j'étais seulement à 16 d'imc et qu'il faudrait que je sois un peu au dessus. Pas en maigrissant d'un coup, en me privant - de toute façon je ne sais plus le faire.

Mais en étant raisonnable, un peu plus de sport, en prenant le temps Magg Pendant mes 2 ans et demi de maladie, on m'a dit qu'il fallait que travaille sur le corps et l'image que j'en avais Mais j'avais beaucoup de soignants dans diverses structures et chacun s'est renvoyé la balle. Le anti rides neo stem et le diet de la clinique spécialisée m'ont dit de travailler ça avec les psy, et les psy du soins études pensaient que c'était quelque chose qui était travaillé avec le diet.

Super quoi Quand j'étais à l'hp, pendant quatre mois, je voyais une kiné deux fois par semaine pour des massages. On était aussi sensé aller à la balnéothérapie mais ça s'est jamais fait soit de son fait - maintenance de la piscine- soit du mien - chambre d'isolement.

A part me procurer une détente exceptionnelle le temps de la séance, ça ne m'a jamais permit de me rendre compte que mon corps était trop maigre. Le seul vrai travail qu'on m'ait proposé c'est à Nantes en unité TCA, il y avait balnéo toutes les semaines et un atelier "autour du corps". Bon la balnéo, il se trouve qu'on y apprenait surtout à lâcher prise, et c'est déjà beaucoup pour des anorexiques.

A se confronter au regard de l'autre en maillot aussi, mais un autre bienveillant puisque malade également. A vrai dire, j'oubliais bien vite mon corps pour me concentrer sur les sensations de bien-être et de détente que pouvait me procurer la séance.

Quant à l'atelier, il était décliné en groupe ou en individuel. Mes référents m'ont dit que je n'étais pas prête pour le travail en groupe, que ça serait trop dur, et qu'on l'aborderait à la prochaine hospitalisation ils avaient estimé que j'en aurais besoin de plusieurs, mais moi j'ai pas envie d'y remettre les pieds, à moins d'un poids vraiment très très bas, ce qui pour moi équivaut à passer sous les 40 kilos, avant, je ne vois pas pourquoi j'irais.

J'ai donc fait le travail en individuel avec mes infirmières. J'ai du dessiner ma silhouette et la montrer pour en parler. J'ai eu très très honte de dessiner mon corps nu, de l'exposer comme ça même par le biais d'un dessin. Je n'ai su dire que "je suis grosse". Ca n'a mené à rien. Après, il a fallu que je me rhabille comme au jour de mon entrée à l'hôpital pour qu'on prenne une photo et qu'on compare.

J'ai trouvé ça très violent. Elles m'ont dit de leur faire confiance, qu'elles ne me feraient pas faire ça pour me faire du mal, mais qu'elles essayaient de me montrer qu'il n'y avait pas tant de différence alors que je jurais avoir doublé de volume j'ai quand même pris 6 kilos là-bas en 7 semaines. Je me suis habillée comme elles l'avaient demandé, j'ai traversé les espaces communs honteuse pour me rendre dans la salle de l'atelier et je les ai supplié d'arrêter là la torture, que je n'étais pas capable de me regarder dans le miroir et de comparer avec la photo.

Que je me sentais comme dans un déguisement dans mon short en taille 34 qui me serrait le ventre et les cuisses. Je suis retournée me rhabiller en pleurs et on en est resté là. Après l'hospitalisation, j'ai entendu parlé d'une psychomotricienne très bien, mais je n'ai jamais franchi le pas.

Tca prise de poids

J'ai peur de me confronter à mon image. La fuir en perdant du poids me parait plus simple Noka La seule chose horrible dont je me souvienne, c'est effectivement les crises de boulimie, la honte le dégoût et l'envie de mourir qui en découle. Mais de l'anorexie, de la restriction, pour moi c'est des sensations que je regrette. Je sais que je ne peux plus les vivre, cette lute contre la faim et sa douleur, je n'y arriverais plus.

Et ça ça me fait mal, j'ai l'impression d'avoir été amputée d'une partie de moi-même, comme si on m'avait ôté mes supers pouvoirs! J'avais une telle maitrise de moi Mais je voudrais retrouver mon corps d'avant. Je ne sais même pas combien je pèse aujourd'hui, je n'ai plus de balance chez moi, et je ne suis pas retournée voir de médecin, même mon généraliste depuis octobre et la sortie de l'unité TCA. Ah si, j'ai été hospitalisée à l'hp de novembre à janvier.

En octobre à la sortie d'hospit, je pesais 53 kilos et des poussières. Au début de l'hp, 55 et j'étais redescendue à 53 quand j'étais en iso.

Prise de poids pas de regle ovulation

Là je sais pas, au moins 55, peut-être plus. Mon poids de forme d'avant la maladie c'était 58 kilos. Peut-être que j'en suis déjà là mais ça me fait mal de l'avouer C'est aussi pour ça que je ne préfère pas me peser. Je pense faire un petit régime en suivant un programme sur le net. Perdre 5 kilos, je me donnerais 2 mois, je pense que c'est faisable sans faire n'importe quoi, non? En fait j'ai peur d'aller consulter une nouvelle personne.

J'ai eu tellement de soignants ces 4 dernières années, j'ai répété tellement de fois mon histoire Alors oui il y a une sorte de lassitude c'est certain, et une peur de l'inconnu aussi.

C'est bien simple en ce moment je n'arrive même pas à sortir de chez moi, je ne veux pas qu'on me voit. Noka, oui c'est grisant cette soit disant force qu'on a quand on réussi à manger si peu. C'est pour ça qu'on replonge hein, si y avait pas cette sensation d'être invincible on se laisserait pas happer si facilement!

Pour l'instant, pas de régime en vue. J'essaie de m'occuper davantage pour ne pas trop grignoter dans la journée. Et je pense me peser dans les prochains jours, quand j'aurais racheté des piles pour ma balance.

En fonction du poids actuel, je réfléchirais à une solution, douce, pour me sentir mieux dans ma peau. Je sais que c'est surtout dans la tête et pas tellement sur la balance que ça se joue, je voudrais pas faire n'importe quoi. Mais je veux juste pouvoir me regarder dans une glace sans avoir envie de m'insulter Je pensais justement à toi ce soir S'il te plaît, sois forte, plus forte qu'elle Bisous!

Je suis loin d'être grosse. Mais ça fait mal quand même. J'ai écris une lettre au psychiatre de l'unité où j'ai du reprendre tout ce poids à Nantes. Juste pour lui expliquer comment je le vis, et lui dire aussi que je n'ai plus de suivi. Je sais pas trop quelle suite il y donnera, ni vraiment ce que j'en attends. Mais ça m'a soulagé. J'ai l'impression de ne plus être complètement seule.

On verra bien Le médecin me dit qu'il serait "disposé à repenser à une éventuelle prise en charge dans le service". Mais qu'il veut que ça passe par le médecin coordinateur qui me suivait à Rennes que je n'aime pas tellement, une psychiatre d'addictologie rattachée à l'hp.

Les Troubles des Conduites Alimentaires (TCA)

Cellulite kind rewind m'invite donc à reprendre contact avec elle la doc de Rennes. Je pense que j'en ai plus besoin. Mais ça m'a quand même touchée qu'il me réponde et qu'il me dise qu'il se souvenait très bien de moi. Voilà, l'affaire est close! Je suis dépassée par les crises de boulimie. Je dois reprendre la sonde à domicile dès demain soir C'est donc depuis hier soir que tu as repris la sonde à domicile?

Comment ça se passe? Comment le vis tu? Courage Miet. Ma Galerie Mon Salon. Mais je suis super stressée, parce qu'en pleine période d'exam à la fac dernier oral jeudi soir, avant d'enchainer sur une semaine d'écrits. Je suis tellement préoccupée par mes cours que je ne réalise pas bien ce qui m'arrive finalement.

Je sais juste qu'hier et aujourd'hui, pas de crise, pas d'envie. C'est déjà du temps de gagner pour bosser. Mais je me sens plus faible quand même Je vois mon doc jeudi pour un premier point. Personne n'est au courant dans mes proches, enfin si, une personne, une amie rencontrée cette année qui me fait causer et j'ai toujours tendance à lui en dire trop.

Mais au moins, il y a quelqu'un qui sait, au cas où Mais je ne veux pas que mon ex et ma famille soient au courant. Pour l'instant je pars pour 15j de sonde, de toute façon après c'est les vacances, et je ne partirais pas dans le Sud avec la sonde, impensable!! Je verrais si je dois reprendre à mon retour en janvier Je lute fort contre une envie de crise, à en chialer parce que je me déteste.

J'ai la sonde que je pourrais poser mais ça me mine le moral d'avance de reprendre le protocole Quant à un repas normal, d'une je sais plus ce que c'est, de deux rien ne me fait vraiment envie, rien que je puisse garder je veux dire, j'ai peur de manger, voilà Super le retour de vacances. Je me suis relue, et c'est fou comme je suis coincée dans une boucle sans fin, toujours la répétition de ces phases là : première phase grisante de perte de poids, puis retour des crises de boulimie parce que je me suis affammée, puis hospitalisation avec reprise de poids, puis grande détresse à la sortie en constatant le poids pris et les changements de mon corps que je n'accepte pas, puis envie de perdre du poids donc restriction et retour à la case départ, c'est reparti pour un tour de la boucle Ca fait quand même cinq ans que ça dure, sans fin Là, je suis entre 60 et 58,5 kg pesée demainet évidemment, je voudrais reperdre du poids pour retrouver mes 55kg.

Après ça sera 53, puis 51, puis 48, puis 45, puis 43, puis Toujours les mêmes chiffres qui reviennent. J'essaie de ne pas faire de régime. Je crois toujours que je ne sais plus faire, puis finalement, les phases restrictives reviennent. Mais enfin, là ce n'est vraiment pas mon souhait. Je me contenterai du sevrage des crises de boulimie, ça suffira à stabiliser mon poids. Et puis beaucoup de sport, comme toujours. Musculation au poids du corps, peut-être inscription en salle de muscu sous peu.

Et sorties piscine deux fois par semaine, et reprise de la course à pied. J'essaie de me promettre que je serais satisfaite à 55 kg et que je m'arrêterai. En vérité Et je me sens créative. Peut-être à tort, je sais pas. Je me sens mal dans ce corps engraissé. Mais je ne me laisserai pas faire. Je ne céderai plus. Je vais tenir bon. Perdre du poids une bonne fois pour toute et ne plus jamais le reprendre.

Je vise les 48 kg. Comme avant. Je ne retournerai pas à l'hôpital. Je dois relire ce texte si j'en ai envie pour m'en empêcher. Je ne céderai pas. Je ne reprendrais pas de poids. J'ai au bas mot 12 kg à perdre. C'est largement faisable, j'ai fait pire … Et je sais que jusqu'à 52 kg c'est facile, après ça se corse et il me faudra une volonté de fer pour ne pas relâcher mes efforts, pour ne pas craquer sur les crises de boulimie, qu'il faudra suivre strictement le régime entamé et toutes les sortes de restriction, y compris les sollicitations extérieures de la vie sociale.

Ne pas écouter les soignants, rester obstinément dans l'anorexie. Malgré la souffrance … Je vais commencer l'hopital de jour de Nantes en septembre. Ils vont me suivre de près. Quand ils verront que je perds du poids sans fin, ils vont vouloir m'hospitaliser. Il faudra être forte. Éventuellement accepter, mais ne rien concéder, rester dans la même ligne de conduite malgré leurs efforts pour m'en détourner. C'est moi qui ai raison, je dois rester maigre, je ne dois pas les écouter.

Ca a été trop dur la dernière fois que je suis sortie, je ne revivrai pas ça. Même si le groupe 1 est dur à vivre, je devrais rester ferme avec moi-même et ne pas accepter de remanger ou de prendre du poids. Ca ne va pas être facile de leur tenir tête. Il faudra relire ce texte pour rester forte. Où ça me mène? Je pèse toujours 60 kilos, et les crises de boulimie ont fait leur retour avant même que j'entame une perte de poids. Je me trouve grasse et dégueulasse, surtout après avoir mangé quand le ventre est tout tendu.

J'avale des quantités astronomiques de nourriture, que je ne vomis pas, je me demande sérieusement comment mon poids peut être stable malgré ces crises de boulimie? L'impression que je n'y suis légitime que si j'ai des TCA. Parfois, je ne sais plus bien faire la différence de ce que je contrôle et de ce qui m'échappe.

Les crises de bouffe, c'est juste l'horreur. J'alterne avec des périodes où je mange un peu moins, mais qui ne durent jamais. Je ne suis pas non plus strictement dans la restriction alimentaire. Je n'arrive simplement pas à trouver un juste milieu.

Prise de poids après fitness

Et ça me fait mal, je ne sais même plus manger Mon corps ne me plait pas. Est-ce qu'il m'a plu à un moment donné? Est-ce que je ne dois pas plutôt faire un travail sur l'acceptation de ce corps actuel plutôt que de m'évertuer à reperdre du poids? J'y travaille à l'hôpital de jour, sur l'atelier couture, à visualiser mon corps sur le mètre de couturière, à voir que j'ai un corps de femme et plus de petite fille mais que c'est normal à 28 ans.

Mais malgré ça, l'envie de perdre du poids reste très présente. Je mange aussi vraiment n'importe comment. Je ne fais plus vraiment de vrais repas. Je mange sans m'arrêter quand je pense avoir faim, peu importe l'heure. Donc là, ma grande résolution, c'est de refaire de la cuisine, passer du temps à la préparation des repas pour me régaler en dehors des crises, manger des quantités plus raisonnables mais j'ai vraiment besoin d'aide pour ça, je ne sais plus ce qu'est une assiettée normale, c'est dingue quand mêmeet à heure fixe, manger plus de légumes et moins de féculents pas pour perdre du poids, mais juste pour faire le plein de nutriments qui me manquent à force de bouffer des pâtes à chaque repas.

Arriver à lui dire ce qui est compliqué pour moi. Les derniers rendez-vous, j'ai parlé du retour des crises, mais il faut que je parle de la question du regard que je porte sur mon corps. Je pense que tant que ça sera problématique, je ne serais pas guérie des TCA.

Et j'en ai ras le bol.